La Menuaille et la Gueusaille, nous écrivons ces mots en majuscule, parce que sans ces petites mains nous ne sommes rien, on pense chevaliers en armures, guerriers farouches et batailles furieuses, du coup on ne pense pas à toutes ces petites choses qui rendent ces animations possible, du coup aujourd’hui nous ferons la  présentation de nos chevilles ouvrières ceux et celles sans qui rien n’est possible.

Nos artisans, nos porteurs d’eau, les plantons de lice qui doivent expliquer au gentil public que durant le combat on va éviter de traverser la zone de combat avec tact de sourire, bref la partie cachée mais au combien indispensable.

Au départ de l’aventure tout commence par le déchargement des chariottes et le montage du campement, une affaire de poteaux de masse et de coups sur les doigts… parfois

La plupart du temps pas de trop de perte en fait, l’expérience aidant, le joyeux moment on on défini l’emplacement des tentes, celui qui bouge deux ou trois fois durant le montage.

Petit à petit le camp prend vie, même notre seigneur Hubert met à la main à la patte. surtout pour l’étendard.

 

 

 

Les artisans et animations de campement peuvent alors se mettre en place

 

 

 

 

 

 

Si tout se passe bien il sera pas loin de midi au clocher du village et l’heure du repas sonnera, ENFIN, une fois encore nos lutins de campement auront fait des miracles et la bonne pitance apparaitra sur la table, après le bénédicité de rigueur il sera temps de rompre le pain.

 

 

 

 

 

Une autre activité Oh combien importante le portage de l’eau durant les batailles, le chevalier ça s’essouffle vite surtout en été, va savoir pourquoi 

 

Ci-dessous une sélection de nos petits moments de vie de camp, merci encore à toutes et à tous 🙂

b0966207b587c7ec92a061b36c7a2664%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%